DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


LA FEMME PUBLIQUE

Lui écrire surfeur51

La femme publique DVD sorti le 28/08/2006


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : L.C.J. Editions
Distributeur :


Date de sortie en salle : 16 Mai 1984
Nombre d'entrées : 1 302 425

Durée du film : 1 h 50 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
11605


   

Le Film : 8.5/10

Résumé : Ethel, qui gagne sa vie en posant nue, souhaite devenir comédienne. Bien que sa façon de jouer laisse franchement à désirer, elle est remarquée, lors d'une audition, par le metteur en scène allemand Lucas Kessling. Celui-ci prépare une version très personnelle des "Possédés" de Dostoïevski et offre un rôle à la jeune femme...

Avis : "La femme publique" fait partie de ces films d'auteur très typés qui laissent rarement indifférent, les critiques étant souvent soit élogieuses soit très sévères. Le réalisateur Andrzej Zulawski adapte ici un roman de Dominique Garnier qui analyse l'influence que peut avoir sur la vie privée d'une jeune actrice le rôle qu'elle joue devant la caméra. Ce film a bénéficié d'un certain succès chez les critiques et les spectateurs, et a lancé la carrière de Valérie Kaprisky, qui reçu le César de la meilleure actrice en incarnant Ethel, mais qui devait par la suite se faire assez rare à l'écran, choisissant ses rôles avec parcimonie en s'essayant à des genres très différents.

Ethel rêve de devenir comédienne, mais elle doit poser pour gagner sa vie. Le film montre à l'occasion de plusieurs scènes les rapports de plus en plus difficiles entre la jeune femme et André (Roger Dumas), un photographe amateur un tantinet voyeur qui lui demande de danser entièrement nue pour pouvoir la photographier sous tous les angles. L'occasion pour Ethel de démontrer ses talents de comédienne viendront d'une rencontre avec le réalisateur Lucas Kessling (Francis Huster), dont le comportement tyrannique sur le plateau n'empêchera pas Ethel de devenir sa maîtresse. Et à son contact, bien que n'ayant jamais suivi le moindre cours d'art dramatique, elle réussit à surmonter ses appréhensions, à résister aux chausse-trappes de comédiennes rivales, pour devenir une vraie actrice, reconnue. En parallèle, elle doit gérer la relation avec son père (Patrick Bauchau), devenu clochard, et se lie également avec un jeune émigré tchèque illuminé, Milan Mliska (Lambert Wilson), ignorant qu'il s'agit en fait d'un anarchiste manipulé qui va assassiner l'archevêque de Lituanie lors de son passage à Paris. Le déroulement de l'action est assez chaotique, avec une succession de scènes montrant la jeune femme dans sa vie réelle, et jouant son rôle, et ayant de plus en plus de mal à dissocier ces deux aspects de sa propre personnalité. Le scénario est assez touffu, compliqué par l'affaire du complot contre l'évèque, et si le film ne comporte pas de longueurs en soi, il est assez facile de décrocher si l'on ne cherche pas à rentrer dans la psychologie des personnages. La connotation érotique est assez forte, les très nombreuses apparitions d'Ethel en tenue d'Eve s'ajoutant à plusieurs scènes de sexe.

La réalisation d' Andrzej Zulawski est très rigoureuse, et met en lumière les différents thèmes abordés, essentiellement la passion et la manipulation. On notera l'ambiance tout à fait particulière du tournage du film dans le film, "Les Possédés", avec une richesse de costumes et des décors baroques qui tranchent avec le monde réel plutôt sinistre, un Paris souvent crasseux étant photographié par le directeur artistique Sacha Vierny avec une tristesse recherchée. Zulawski met aussi en lumière son actrice principale, décortiquant la dualité vécue par tout comédien, et il fallut certainement une bonne dose de courage à la jeune femme pour tenir jusqu'au bout ce rôle difficile. Quant à Francis Huster, il trouve probablement là une de ses meilleures interprétations, en réalisateur exigeant, au comportement souvent odieux mais dégageant un magnétisme certain, et son face à face avec Kaprisky opère avec beaucoup d'intensité. Lambert Wilson est également fort convainquant en anarchiste passionné. Enfin, pour l'anecdote, on notera un générique de fin original, tourné dans le style d'un baisser de rideau de théâtre où tous les acteurs du film font la révérence sur la place de la Concorde.

"La femme publique" permet de voir un autre cinéma que des films d'action à grand spectacle, un cinéma qui s'intéresse à la psychologie, mais ne cherche pas forcément à délivrer un message particulier. Cette édition en DVD présente le film avec une bonne qualité technique mais on peut regretter la quasi absence de bonus qui auraient pu nous en apprendre plus sur les intentions du réalisateur et sur la manière dont s'est passé le tournage.


L'Image : 2/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 1.66:1

Avis : La photographie du film utilise des tons pastels tirant sur le gris donnant une connotation triste au film. Les passages du tournage du film "Les Possédés", avec ses costumes et décors plus riches, bénéficient aussi de couleurs plus saturées. Les contrastes sont bons, la définition est en général correcte mais certaines scènes souffrent d'un grain trop important. La compression présente également queques artefacts visibles lors de passages gris ou brumeux, et dans certaines scènes sombres. Les aspects artistiques sont travaillés, surtout en jouant sur les cadrages (beaucoup de contre-plongées et de gros plans).


Le Son : 1.5/3

Détails techniques : Dolby digital 2.0 en Français – Aucun sous-titre.

Avis : La bande mono d'origine est bien rendue, sans distorsion, et permettant des dialogues clairs. La musique de Alain Wisniak a souvent des accents romantiques, sauf dans les passages où Ethel pose nue et danse sur une musique peu mélodieuse. Cette partition musicale, répartie sur les deux enceintes latérales mais privée des canaux arrières, manque évidemment d'un peu d'ampleur.


L'Interactivité : 0.5/3

L'ergonomie des menus :
Les menus sont animés et musicaux. Le film n'est découpé qu'en 10 chapitres, ce qui est insuffisant pour retrouver facilement une scène.


Les bonus :

Un seul supplément, d'un intérêt très moyen. Même si ce n'est guère étonnant pour un film qui reste confidentiel, on peut se demander s'il n'existait aucun document d'archive à présenter.

  • Filmographies choisies de Francis Huster, Valérie Kaprisky et Lambert Wilson, chacun ayant trois pages de texte au format 16/9.

  • Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    Boîtier amaray noir. Le visuel reprend l'affiche originale du film. A noter que la page des caractéristiques technique indique à tort une image 1.33 en 4/3, alors qu'elle est bien au format cinéma 1.66 en 16/9.



    La sérigraphie

    La sérigraphie présente Ethel en pieds lors d'une séance photo. Si les logos et les textes légaux sont relativement discrets, on regrettera les annotations nombreuses concernant les acteurs et les critiques. Le rond central est imprimé, permettant de ne pas mordre sur la photo de l'actrice.


    Note Finale : (13/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 14/03/2007 à 17:22 par surfeur51 : Bien vu. J'aurai pu dire que c'était un test pour voir si mes loupes sont lues attentivement, mais c'était bien une erreur de vérification...
    - le 14/03/2007 à 11:35 par ROLLO TOMASI : Hello le surfeur ! Tu écris que Valérie Kaprisky a obtenue le César de la meilleur actrice pour ce film, pourtant il me semble bien que V. Kaprisky n'a pas obtenue la sculpture même si elle a bien été nominée...

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2017